Le 28 fevrier 2013 :

On s'etait pourtant leves de bonne humeur...

DSC03372

Il en fallait une et ce fut celle-la, le 28 fevrier fut notre seule journee de cauchemard.
On avait ete avertis, mais la realite depassa...la realite.
Pour faire Luang Prabang-Vientiane a moins de louer un hellicoptere (je plaisante), il y a :

- Un aeroport domestique avec des vols tellement peu recommandes par les guides que bon passons.
- Des bus pourris.

On a choisit le bus pourri-Vip. Depart 9 h, 14 euros/pers.

DSC03370

L'enfer !
Ne croyez pas la gare routiere quand elle annonce le trajet en 9 h, il n'a jamais ete fait en moins de 13 h.
Et quelles heures ...

Ca commence par la montee dans un bus en bout de course tellement crevard qu'on est plus du tout aussi enthousiastes d'un coup.
La carrosserie, etonnamment est en parfait etat, mais tout ce qu'il y a dedans est en voie d'extinction mecanique.
Et ca, ca comprend evidemment le moteur.
Le radiateur lui il y a longtemps qu'il est mort. On l'a laisse la pour la deco sans doute et il pendouille au bout de fils de fer rouilles.

Ca continue par une route de montagne poussiereuse en lacets bordes de precipices vertigineux (mais magnifiques) ou on sautille sur chaque bosse et comme des bosses et des trous il n'y a que ca, on sautille beaucoup.
Le tout a 30km/h grand maxi.
Mais c'est vrai que le paysage est magnifique.
Malheureusement peu de photos et pour cause, essayez de prendre des photos pendant que vous sautez en lair !

Puis il faut s'arreter regulierement car le moteur fume et menace de lacher a tous moments...
Ce qui stresse beaucoup le chauffeur et encore plus son assistant qui semble au comble de l'affolement.

Ce qui nous permet de faire des stops dans des villages apparement miserables.
Les maisons n'ont ni eau, ni electricite ni tout a l'egou.

DSC03380

Et de profiter d'autres toilettes locales. Celles-la, sans eau ni electricite c'est le luxe par rapport a l'horreur du restau qui va suivre.
On s'en contentera dans la joie.

DSC03379

A mi chemin qui n'est en fait que quart de chemin, on s'arrete dans un restau sordide (compris dans le billet) ou nous voyons une serveuse garnir les asiettes des convives avec ses mains de magmas divers et infames.

Un aller-retour aux toilettes nous acheve. Meme dans le fin fond de la Chine ou en Inde, on a jamais vu ca.
L'odeur est telle qu'a 10 metres on est deja pris de nausees.
Puis, comme c'est vraiment notre jour de chance, on se sent subitement investis de crampes a l'intestin.
Et les toilettes on va quand meme devoir y aller...(et pas qu'une fois).
Y manquait plus que ca ! Pas de fievre ni d'autres symptomes mais juste une envie intense et reguliere d'aller aux lieux d'asisance qui ici ne portent franchement pas bien leur nom...
On se gave d'anti-diarrheiques et notre repas ce sera ca :
Et meme ca ca ne passe pas. laborieusement on mangera une cuillere chacun.

DSC03385

Voila 13 h d''attente anxieuse interminable ou l'etonnement provoque par toutes ces joyeusetes l'emporte presque sur la peur et l'inconfort, tant il est sans cesse renouvelle. On s'en souviendra.

Quand on arrive a Vientiane, on est tellement vides que c'est a peine si on peut trainer les valoches.
On est plein de poussiere, j'ai des palpitations, mal au ventre et je me sens au bord de l'evanouissement.
On reve de douche ainsi que de toilettes descents.

On cherche notre guest reservee qu'evidemment on ne trouve pas.
Apres 2 heures de recherches, de demandes aux passants, de beaucoup d'enervement et d'intestins qui se tordent on finit par se faire conseiller par un allemand sympa qui nous recommande son hotel.

Losque que l'on franchit la porte du hall vers 21 h, c'est simple le receptionniste est litteralement catastrophe en voyant ma tete.
Je lui fait tellement pitie qu'il libere par miracle une chambre de l'hotel qui ( bien sur !) est complet.

Excellent hotel d'ailleurs, "Avalon hotel ", 30 euros/nuit avec un excellent petit dejeuner.
Bien situe dans une rue calme de l'hyper centre. Propre et chic avec des veilleurs de nuit adorables.
Resa :
C'est un peu plus que nous comptions depenser mais au point ou on en est, on va pas faire les chichiteux.

DSC00090

DSC00083

Apres... ca va etre la meilleure douche de toute ma vie.
Un petit restau japonais qui ferme tard ou on se forcera a manger 2 plats pourtant delicieux en realisant qu'on a quasiment rien mange depuis la veille.
Ca ira mieux demain !